Archives de Mot clé : ‘Mystique’

Richard Cadoux – La mystique…

vendredi 3 mai 2013

……

Le terme de mystique est lié au vocabulaire du secret et de l’initiation. À cet égard, l’expérience chrétienne revêt un caractère mystique, car elle est fondée sur le mystère de la mort et de la résurrection d’un homme-Dieu : Jésus

Richard Cadoux

20 clés pour comprendre Le christianisme, p 103

……

……

Ainsi, tout en enseignant, je poursuivais ma pratique et mon travail sur moi-même. Et les expériences mystiques ont surgi, toujours plus nombreuses, témoignant d’un accord profond avec mon moi spirituel, intuitif, omniscient et ultraclairvoyant. J’ai pu également entrer en contact avec ces énergies venues d’un monde de pure fluidité, énergies qui nous entourent en permanence et attendent l’occasion de nous transmettre une connaissance et une orientation, afin de nous aider à comprendre le sens de la vie et la signification de notre destinée personnelle – afin que nous puissions accomplir cette destinée dans le cours d’une seule vie terrestre, sans devoir revenir sur terre pour y réapprendre les leçons que nous n’avons pas su retenir dans cette existence.

Elisabeth Kübler-Ross

La mort est une question vitale, p 150-151

……

……

Le yoga peut être considéré comme un des chemins de cette mystique puisqu’il conduit à la connaissance des énergies du corps. Mais pour le vrai yogi, la vie peut être considérée comme une épreuve initiatique. Il admet le processus de la réincarnation, et pour lui chaque vie est un combat qui va lui permettre d’accéder à un plan supérieur. Le combat n’est pas destiné à vaincre l’autre, il concerne l’individu qui part à la conquête de lui-même.

Dr Janine Fontaine

La médecine du corps énergétique, p 76

……

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

……

Seule l’expérience peut nous faire comprendre cela. Il y a des “voies”, des exercices, mais il y a un moment où il faut lâcher prise de toutes les voies. Le chemin est donc au-delà de tout ce qu’on peut en dire, c’est le chemin sans chemin, c’est marcher sans trace, comme on dit dans le tao ou le zen. Non seulement les autres ne peuvent pas nous suivre mais, si on se retourne, on ne sait même pas par où on est passé. C’est toujours le paradoxe : le but du chemin, c’est le chemin lui-même.

Bernard Durel

Le nuage de l’inconnaissance, p 214-216

……