Archives de Mot clé : ‘Félicité’

La mesure de notre amour est celle de notre félicité

……

… Être heureux, c’est aimer, donner en toute sobriété, parfois seulement poser sur l’autre un regard exempt de jugement, s’ouvrir avec simplicité à la sourde beauté des êtres et des choses. La tendresse nous absout et comble notre coœur, la mesure de notre amour est celle de notre félicité.

Gilles Farcet

Arnaud Desjardins ou l’aventure de la sagesse, p 331

……

……

Le véritable bonheur consiste à tourner le mental vers l’intérieur. Et à l’y maintenir. Le malheur consiste à le tourner vers l’extérieur. Seul le bonheur existe. C’est l’absence de bonheur que l’on appelle souffrance. Notre nature est le bonheur, la félicité, ânanda.

Râmana Mahârshi

La lumière du soi, p 4

……

……

La liberté des sens n’implique aucune complaisance : la complaisance est le plaisir de la pensée. La pensée est semblable à la fumée d’un feu et la félicité est le feu sans la fumée dont le nuage fait larmoyer. Le plaisir est une chose, la félicité est tout autre chose. Le plaisir est la servitude de la pensée et la félicité est au-delà et au-dessus de la pensée.

Krishnamurti

La Révolution du silence, p 187

……

……

Partez à la découverte de votre centre le plus intime, là où vous êtes et avez toujours été seul. Dans la vie, dans la mort, où que vous soyez vous serez seul. Mais c’est une plénitude et non un vide – c’est tellement abondant et tellement parfait et tellement débordant de tous les délices de la vie, de toutes les beautés et les bénédictions de l’existence, qu’une fois que vous aurez goûté à cette profonde solitude, la souffrance de votre cœur disparaîtra. À sa place, s’instaurera un nouveau rythme fait de paix, de joie, de douceur et de félicité incommensurables.

Osho

Pépites d’or, p 26-27

……

……

C’est tout le contraire pour la recherche spirituelle. Au début, elle est austère : il faut faire un effort sur soi-même – il faut affronter “la souffrance de la connaissance” selon les termes de Cioran, ou encore “les rigueurs de l’ascèse”. Mais au fur et à mesure qu’on persévère dans ce processus de transformation intérieure, on voit poindre une sagesse, une sérénité et une félicité qui imprègnent l’être tout entier et qui, à l’inverse des plaisirs précédents, sont invulnérables aux circonstances extérieures.

Jean-François Revel & Matthieu Ricard

Le moine et le philosophe, p 376

……