Archives de Mot clé : ‘Eveil’

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

……

Outre la pratique Mahayāna de la méditation de la vacuité et de la compassion, on peut utiliser la claire lumière de la mort dans le dessein de mieux approfondir la vacuité, métamorphosant ainsi la mort en une voie spirituelle menant à l’éveil plénier. Tout comme la claire lumière de la mort peut servir de voie conduisant au dharmakāya, l’état intermédiaire peut l’être pour accéder au sambhogakāya, et la conception au nirmānakāya.”

Francisco J. Varela

Dormir, rêver, mourir, p 168-169

……

……

La compréhension a pour corollaires la compassion et l’amour, qui, à leur tour, conduisent à l’action juste. Pour aimer, il faut d’abord comprendre. La clé de la libération est la compréhension juste. Pour l’atteindre, il faut vivre dans la Pleine Conscience, en contact direct avec la vie dans le moment présent, en observant ce qui se passe exactement en nous et autour de nous. La Pleine Conscience raffermit notre capacité à pratiquer le regard profond. Quand nous pénétrons intensément au cœur des choses, elles se révèlent à nous. Le trésor secret de la Pleine Conscience nous apparaît alors et mène à la libération et à l’Éveil.

Thich Nhat Hanh

Sur les traces de Siddharta, p 102-103

……

……

Tout revient à l’esprit. L’esprit est le début et la fin de tout travail spirituel. On peut étudier une voie pour savoir quelles sont les qualités de l’esprit qu’elle développe et si elle contribuera à équilibrer les facteurs d’éveil. S’il en est ainsi, c’est bien la voie que vous devrez choisir, tout en vous rappelant qu’il faut éviter les comparaisons, qui sont un obstacle à la libération. Relaxez-vous. Pratiquez et honorez de votre amour ceux qui vous entourent.

Jack Kornfield

Dharma vivant, p 47

……

……

En bref, la Bodhitchitta est le don de soi sans réserve pour le bien de tous les êtres. C’est l’abandon complet de n’importe quelle sorte de “territoire” personnel aussi bien dans les rapports de soi-même avec les autres que dans notre ouverture à la compréhension de la nature du monde tel qu’il est.

Djamgœun Kongtrul

L’Alchimie de la souffrance, p 88

……