Archives de Mot clé : ‘Dieu’

……

L’or véritable est le sentiment de la présence de Dieu en nous, c’est l’objectif réel de cette vie, le but vers lequel nous devons tendre.

Emmet Fox

Évidences, p 153

……

……

Cette triste fin est celle qui nous attend si nous nous agrippons à nos demi-savoirs en refusant les opportunités de nous élever plus haut. La belle fin, celle qui ne serait qu’un tout début, se réalise dès lors que le héros se laissant guider en toute confiance hors de sa tanière, accepte d’être délivré de ses quasi-certitudes et envoie à son tour des cordes de lumière pour en libérer d’autres…

Il faut quelquefois se promener au fond de l’abîme.
Même si je descends jusqu’en enfer,
le bras de Dieu est assez long pour m’en retirer.

Julien Green

Bernard Leblanc-Halmos

Comment sortir de son trou, p 166-167

……

……

Celui qui “s’est révélé” en son mystère et s’est rendu ainsi vulnérable joue alors – on aimerait dire à son insu ou sans le vouloir expressément – le rôle de “révélateur” : sa manière d’être trahit son propre secret, au moment même où elle crée autour de lui un espace-temps de rayonnement où d’autres peuvent se sentir invités à se découvrir en leur mystérieuse identité. Ce que la tradition chrétienne dit ainsi de la Révélation de Dieu, les porteurs de l’Évangile le rendent crédible en adoptant cette même manière, un style, pourrait-on suggérer, exempt de tout calcul stratégique mais empreint de liberté.

Christoph Theobald

La Révélation, p 139

……

……

Advaita signifie “a-dwaita”, c’est-à-dire “Un-sans-second”. À savoir : la Conscience, ou Dieu, ou la Source (appelez Cela comme vous voudrez) est tout ce qui est. Nisargadatta Maharaj caractérisait cette manifestation comme un film produit par la Conscience ou par Dieu, écrit par Dieu, dirigé par Dieu, tous les rôles dans le film étant tenus par Dieu et les spectateurs étant également Dieu seul.

Ramesh Balsekar

Tout est conscience, p 60

……

……

Il faut comprendre que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, mais inversé, sinon rien ne s’explique. Le corps le plus élevé dans la partie supérieure n’est pas en liaison avec le plus élevé dans la partie inférieure, mais avec celui qui est le plus bas. Pour le moment ils sont séparés, il y a cet écran entre eux où l’un et l’autre viennent se projeter ; mais un jour, quand ils seront fusionnés, il n’y aura plus d’écran, ou plutôt tout sera écran parce que ce n’est pas avec un petit écran que l’on peut tout connaître et être partout.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

La vie psychique : éléments et structures, p 157-158

……