Archives de Catégorie : Yvan Amar

……

Je vous ai appris jusqu’à aujourd’hui comment vous comporter dans le rapport de l’autre envers vous, comment convertir cela. Là était l’obligation.

Maintenant, je vais rentrer peu à peu dans la “mission” : comment vous convertir, vous, dans votre rapport avec l’autre, comment vous allez aimer l’autre, comment vous allez respecter l’autre, parce que c’est la condition absolue de Son Avènement.

Voilà pour votre méditation, voilà pour votre cœur, voilà pour notre Joie.

Yvan Amar

Les Dix Commandements intérieurs, p 131-132

……

……

Garder le rien comme fondement ? Garder l’incompréhension, le mystère, l’absence de sens et pouvoir vivre sans rien demander, c’est cela la foi… on est rien, mais c’est sur ce rien que tout se bâtit. On ne peut qu’oser prendre le risque de l’immense et de l’inconnu, oser la foi.”

Marie de Hennezel

Mourir les yeux ouverts, p 102

……

Yvan Amar – Le travail du feu…

mercredi 29 août 2012

……

Ce grand symbole du travail du feu, c’est le symbole du mariage et du sens de la rencontre des hommes et des femmes. Voilà le cœur du mariage, le feu qui attend au sein du lit nuptial. Cette possibilité dont dispose l’homme de monter son feu vers le ciel, et cette magnifique mission de la femme à ses côtés : lui demander de le redescendre pour transformer la terre, faire descendre le ciel sur la terre. Voilà, ultimement, la plus belle pratique du souvenir : le mariage.

Yvan Amar

L’obligation de conscience, p 108-109

……

……

Le travail sur ces trois plans des trois arguments est le terreau qui se prépare parce que l’on a travaillé au niveau du réflexe, de la réaction et de la réponse. C’est cet alignement où les trois en un deviennent la reconnaissance, le oui.

Yvan Amar

L’alchimie de l’homme, p 183

……

……

Lorsque au contraire une personne vient voir un médecin de l’âme avec cet esprit responsable, le thérapeute va pouvoir donner toute sa dimension et entrer dans le vrai pouvoir de guérison qui est en lui s’il a mené un chemin spirituel authentique, qui fait qu’il possède la vraie médecine : il est amour, il est pardon, il n’est pas séparé de son patient, et ceci le rend capable, par une relation alchimique profonde, de mettre en route chez son patient un processus qui est celui du grand pardon et qui commence par le repentir traditionnel, la metanoïa, c’est-à-dire le retour sur soi, la transformation de sa vision de soi et du monde.

Yvan Amar

L’Effort et la Grâce, p 192

……