Archives de Catégorie : Psychanalyse

Un face-à-face émotionnel intériorisé  je peux être celui qui s’émeut, ou celui qui est touché de me voir m’émouvoir

……

Cette sorte de face-à-face émotionnel intériorisé est bien traduit en français par la forme grammaticale “Je m’émeus”. Cette formulation implique deux sujets intériorisés, l’un qui ressent et l’autre qui observe le premier, de telle façon que je peux m’identifier alternativement à l’un ou à l’autre. Je peux être celui qui s’émeut, ou celui qui est touché de me voir m’émouvoir. Et lorsque j’adopte ce second point de vue, je me confirme à moi-même le bien-fondé de ce que j’ai éprouvé.

Serge Tisseron

Vérités et mensonges de nos émotions, p 34-35

……

Le croire est le fondement de notre humanité

……

Enfoui dans une forme d’illusion au départ, l’enfant devenu l’adulte que nous sommes a commencé sa longue croissance. À partir d’un croire partagé entre lui et son entourage, il s’est peu à peu délesté des fausses chimères pour tendre vers un discernement lui permettant d’intégrer la réalité extérieure et de l’articuler avec la réalité intérieure. Nous sommes “originés” à partir d’un croire. Le croire est le fondement de notre humanité.

Agnès Bressolette

Nés vulnérables, Petites leçons de fin de vie, p 48

……

Le recueillement face à la réalité

……

Dans cette forme de thérapie, il s’agit de développer une attitude fondamentale particulière, l’attitude phénoménologique, caractérisée par le recueillement face à la réalité. Grâce à cette attitude, nous ne sommes plus tentés de manipuler la réalité qui se révèle, ni pour l’atténuer ni pour l’accentuer. Nous la considérons simplement pour ensuite reprendre notre travail habituel. J’espère avoir été en mesure d’expliquer le fonctionnement de la psychothérapie phénoménologique.

Bert Hellinger

À la découverte des constellations familiales, p 35

……

Laissons l'ange grandir en nous

……

Laissons l’ange grandir en nous ; prenons de l’envergure. Ouvrons-nous à plus haut, plus vaste, à toujours plus d’espace. Écoutons l’univers jusqu’à nous oublier : quelque chose s’ouvre en nous qui devient illimité. Ne rendons jamais banale la splendeur du monde qui nous entoure ; soyons toujours ouverts à sa beauté.

Catherine Bensaid

La musique des anges, p 124-125

……

L’amour est accueil d’un don qui nous vient d’ailleurs et demeure un mystère

……

L’amour est si peu le fait de notre volonté : il est accueil d’un don qui nous vient d’ailleurs et demeure un mystère, ouverture à l’autre dans l’irréductible de sa différence, altérité de ce qui ne cessera de nous échapper, mais aussi accueil de l’inconnu et de l’imprévu, au cœur de chacune de nos expériences.

Catherine Bensaid

L’autre, cet infini, p 103-104

……