Archives de Catégorie : Jean-Yves Leloup

Prendre soin de ce souffle qui informe notre corps

……

Notre vie ne tient qu’à un souffle, le Thérapeute prend soin de ce souffle qui informe le corps. Guérir quelqu’un, c’est le faire respirer : “mettre son souffle au large” (sens du mot “salut” en hébreu) et observer toutes les tensions, blocages et fermetures qui empêchent la libre circulation du souffle, c’est-à-dire l’épanouissement de l’âme dans un corps. Le rôle du Thérapeute sera de “dénouer” ces nœuds de l’âme, ces entraves à la Vie et à l’Intelligence créatrice dans le corps animé de l’homme.

Jean-Yves Leloup

Prendre soin de l’être, p 61

……

L’icône, c’est ce qui n’arrête pas mon regard à ce qui se donne à voir

……

L’idole, c’est ce qui arrête mon regard à ce qu’il voit : mon regard est rempli, bouché, arrêté. L’icône, c’est ce qui n’arrête pas mon regard à ce qui se donne à voir ; là, il y a une présence qui m’ouvre à plus loin. Du visible je vais vers l’invisible. Je peux alors voir chaque chose, chaque présence visible, entourée, habitée d’invisible ; le regard s’élargit…

Jean-Yves Leloup

L’art de vivre au présent, p 206

……

Le “noùs”, c’est l’œil de l’ange dans l’œil de l’homme

……

Le “noùs”, c’est l’œil de l’ange dans l’œil de l’homme, respectueux des apparences mais jamais réduit ou arrêté par elles… Sans doute Myriam avait-elle souvent entraîné ses yeux à ces percées fécondes, où il ne s’agit pas de ne rien voir, mais de voir toutes choses dans la lumière une du Vivant.

Jean-Yves Leloup

Une femme innombrable, p 175

……

……

Dans la prière, l’œuvre de l’Esprit, avant d’illuminer, est de guérir, de rendre à l’homme le bon usage de ses sens afin qu’il puisse – en vérité – voir, entendre, toucher, sentir, goûter “ce qui est” et entrer dans la Présence de “Celui qui Est”.

Jean-Yves Leloup

Écrits sur l’hésychasme, p 213

……

……

Nous ne sommes pas limités au visible, au repérable, au mesurable. Cette icône, comme toutes les autres, est une invitation à déchiffrer ce qui demeure invisible, incompréhensible dans notre existence, quel que soit notre effort pour mettre la réalité en paroles ou en images.

Le plus beau demeure ce que nous ne comprenons pas.

Jean-Yves Leloup

L’Icône Une école du regard, p 36

……